La pollution numérique : avoir conscience de ses impacts

Le numérique fait partie de notre quotidien et en peu de temps est devenu tellement indispensable à nos vies.

Ces outils et services, que l’on utilise sans même plus s’en rendre compte, ont amélioré l’accessibilité à l’information, nous permettent plus d’échanges ainsi que plus de divertissement… Mais tout cela comporte une face cachée et une pollution croissante : consommation énergétique & eau, sur-sollicitations de notre attention, les déchets.

Il est important aujourd’hui de se rendre compte de l’impact de ses activités numériques et de changer ses habitudes afin d’avoir un comportement responsable. Ce n’est pas parce que l’on ne voit pas la pollution directement liée à notre consommation numérique qu’elle n’existe pas…

N’oublions pas que :

  • Le secteur du numérique est responsable de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (soit plus que le secteur aérien et ce chiffre devrait doubler d’ici 2025)
  • Les vidéos en ligne représentent 60 % du flux mondial de données (le streaming vidéo émet autant de CO2 qu’un pays comme l’Espagne !)
  • Le secteur numérique consomme environ 10% de l’électricité mondiale

… les chiffres alarmants sont nombreux, de la fabrication à l’utilisation et la fin de vie, il est urgent d’agir !

Comment réduire la pollution numérique ?

  1. Faire le ménage dans sa boîte mail : trier ses mails, supprimer les mails non utiles, se désabonner des newsletters qui nous intéressent pas / plus, n’envoyer des mails que lorsque c’est nécessaire et les alléger de pièces jointes encombrantes
  2. Optimiser ses recherches Web : taper directement l’URL du site souhaité (ne pas toujours passer par un moteur de recherche), faire des recherches ciblées, vider son cache régulièrement
  3. Stocker intelligemment ses données : stocker uniquement le nécessaire et en priorité en local (sur votre ordinateur, disques durs…) ne pas tout donner aux GAFAM… Protéger ses données personnelles
  4. Consommer local : réfléchir avant vos achats e-commerce pour favoriser le commerce local et l’éthique avant la sur-consommation et des livraisons du bout du monde
  5. Privilégier les sites d’économie circulaire et de services entre particuliers
  6. Se déconnecter des réseaux sociaux : apprendre à se séparer des réseaux de temps en temps afin de souffler, réduire le sentiment grandissant d’approbation social et d’influence
  7. Maitriser la consommation vidéo : le streaming consomme tellement d’énergie et de bande passante, limiter la consommation vidéo ou bien au moins en réduire la qualité (HD..) des contenus. Désactiver le lancement auto des vidéos et privilégier le streaming audio aux clips vidéo
  8. Limiter la consommation énergétique : éteindre ses appareils quand l’on ne s’en sert pas (ne pas laisser en veille), éteindre ses équipements la nuit de type box, désactiver le wifi / gps / bluetooth lorsque non nécessaire, limiter le nombre de programmes qui tournent ou d’onglets web d’ouverts inutilement, éteindre les multiprises la nuit, imprimer uniquement quand nécessaire et en noir et blanc.
  9. Garder plus longtemps ses équipements informatiques : faire durer ses appareils et les réparer quand ils tombent en panne. Ne pas les remplacer sur un coup de tête ou bien se renseigner sur le marché de l’occasion pour donner une seconde vie.
  10. Recycler ses appareils auprès de centres de tri

Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture du guide pratique publié par l’ADEME (agence de la transition écologique) intitulé « La Face cachée du numérique, réduire les impacts du numérique sur l’environnement », disponible ici : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Retour haut de page